"Tant que je n’aurai pas résolu le problème du chien et le mystère de la fille, je ne tournerai pas rond. Ça va durer six mois."

October 19, 2017


Délirant, intelligent, sarcastique, le livre de Joann Sfar «Vous connaissez peut-être »

 

nous entraine dans une histoire complètement folle et loufoque qui lui est arrivée.

 

Une histoire ne servant que de toile de fond pour permettre au lecteur de retrouver

 

l’écrivain prolifique qu’il est, avec ses peurs, ses désespoirs, ses joies et ses folies .

 

Un écrivain tellement humain qui ne cesse de remettre le monde en question, le

 

monde virtuel avec « ses écrans plats toujours plus jolis et attirants. »

 

Son djihad « cette guerre sacrée » est une guerre des idées, contre le mal qui est

 

dans sa tête, et contre ce qui, selon lui, ne fonctionne pas dans le monde.

 

A travers ses délires les plus fous, au travers de cette écriture, l’auteur transforme ses

 

peurs en histoires folles, et passe brillamment d’un sujet à l’autre.

 

J’ai été emportée par cette logorrhée qui m’a chamboulée et sidérée en même tant. 

 

Le livre de  Joann Sfar n’est-il pas un énorme entonnoir dans lequel il vide

 

toutes ses névroses?

 

Woody Allen et Joann Sfar, cousins ?

 

Pour l’auteur, l’écran brille aujourd’hui plus que le monde et ce n’est qu’au travers de

 

simples plaisirs comme cuisiner, loin de l'univers virtuel, que l’homme se sortira de ce monde

 

perverti, pour se tourner vers un monde sans médiation. 

 

C'est une histoire banale que nous conte l'ecrivain. 

 

Ca commence avec une photo sur Facebook et ça se termine au commissariat de

 

police. 

 

Lily c’est son prénom.

 

Ce qui intéresse l’auteur c’est son motif à elle et comment, lui, en est arrivé là.

 

Pourquoi s’attache-t-il à Lily alors qu’elle l’emmerde ?

 

Le réel l’ennuie-t-il tant, ou lui fait-il si peur, qu’il est incapable de faire face aux

 

vraies rencontres?

 

Fait-il partie aujourd’hui de ce monde de cons fascinés par le virtuel qu’il critique

 

tant. 

 

Cette histoire étrange avec Lily n’est qu’un simple déclencheur, « un trigger ».

 

A la période où il entre en contact avec Lily il désire acheter un chien et il compare

 

sa recherche du chien parfait sur internet et sa rencontre avec Lily . 

 

Marvin puisque c’est son nom, est arrivé au même moment que Lily.

 

C’est exactement comme sur Tinder ou Facebook. « Voir la photo d’un chien c’est se

 

projeter dans l’amitié rêvée avec cette bête, c’est se raconter la relation idéale que

 

devraient  entretenir un chien et son maître et que ni l’un ni l’autre n’ont jamais

 

éprouvée dans le vrai monde.

 

Cliquer sur le "vous connaissez peut-être" de Facebook lorsqu’il montre la photo

 

de Lily, c’est se projeter dans une relation amoureuse que les vrais êtres ne peuvent

 

pas s’offrir, tout simplement parce quelle n’a pas encore eu lieu et que c’est notre

 

désir qui en comble les vides".

 

L’histoire n’est qu’un prétexte pour parler des tourments de l’écrivain, de ses délires

 

de ses observations sur le monde qui nous entoure, sur ce monde où tout n’est plus

 

que virtuel, où on se cache derrière des images toutes faites, toutes construites. 

 

Lui qui n’arrive pas à aimer, qui finalement ne s’attache qu’à une folle dingue qu’il n’a

 

jamais vue.

 

Toutes ces conversations avec Elle, Elle dont le regard sur le monde est si brutal, si

 

différent du sien, toutes ces conversations beaucoup plus attirantes que celles du

 

vrai monde, le passionnent . 

 

L’écrivain n’est qu’une victime de plus de ce monde qu’il abhorre !

 

Son histoire amoureuse, sa petite histoire personnelle, tellement banale, n’est que le

 

micro échantillon de la situation mondiale victime du virtuel.

 

Les générations qui arrivent n’auront plus le souvenir du monde sans cette

 

« médiation déglinguée » qui nous poursuit jusque dans notre intimité.

 

Sa mésaventure avec Lily en est la preuve éclatante.

 

Comme l’écrivain, tout le monde croit que ce qui est sur la toile est vrai. 

 

Merci Joann Sfar pour votre livre qui m’a terrifiée et bien fait rire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload